L'espoir dans les ténèbres (Esaïe 9, 1-6)

Quel est le lien entre Noël, l'espoir et la paix ? Juste les gesticulations habituelles ? Ou y a-t-il quelque chose de plus ?

Service divin, vêpres de Noël,, , Evangelisch-freikirchliche Gemeinde Leichlingen

, traduit automatiquement

Introduction

Eh bien, toujours ces attentes à Noël... on s'attend à un bon repas et certains espèrent que ce ne sera pas du poisson (transition du sketch "Quel est le goût de Noël").

Les attentes et les espoirs jouent aussi un rôle important à Noël. J'attends un cadeau ce soir et j'espère que ce sera un drone.

C'est une petite blague, j'ai déjà un drone, je l'ai économisé il y a deux ans.

Le contraire des espoirs, ce sont les craintes. J'attends un cadeau ce soir et j'ai peur que ce soit une cravate.

Mais laissons ces sottises -- même si j'ai peut-être évoqué chez certains des espoirs et des craintes bien réels -- et examinons un texte de Noël de l'Ancien Testament (Esaïe 9, 1-6 ; NL) :

1 Car le peuple qui vit dans les ténèbres voit une lumière éclatante. Et sur le peuple d'une terre assombrie par la mort brille une lumière éclatante. 2 Tu multiplies le peuple et tu lui donnes une grande joie. Il se réjouit en toi comme un peuple au temps de la moisson, comme des hommes en liesse qui se partagent un butin. 3 Car, comme au jour de Madian, Dieu brise le joug qui opprimait son peuple, et le bâton sur sa nuque, le fouet de son conducteur. 4 Toutes les bottes qui marchent avec fracas et les manteaux trempés de sang seront brûlés et deviendront la proie des flammes. 5 Car un enfant nous est né, un fils nous a été donné. Sur ses épaules repose la domination. On l'appelle : Conseiller merveilleux, Dieu fort, Père éternel, Prince de la paix. 6 Son règne est grand et la paix sur le trône de David et dans son royaume sera sans fin. Il l'affermit et le soutient pour toujours par le droit et la justice. C'est pour cela que l'Éternel tout-puissant s'engagera durablement.

L'espoir pour un peuple dans l'obscurité

Le premier verset est cité dans le Nouveau Testament en Matthieu 4, 15.16, où est décrit le déplacement de Jésus-Christ à Capharnaüm, au nord-ouest du lac de Galilée, dans ce qui était alors le pays des tribus de Zabulon et de Nephtali.

Cela signifie que cette lumière brillante du texte du Nouveau Testament se rapporte à Jésus.

Il faut savoir que le chapitre précédent, Esaïe 8, décrivait une période d'obscurité pour le peuple d'Israël, due au fait qu'il s'était détourné de Dieu. Il y avait la peur d'un ennemi surpuissant, il y avait des pratiques occultes, qui vont d'ailleurs souvent de pair avec la peur.

Et maintenant, une lumière est annoncée. J'ai simplement assimilé l'obscurité à la peur, ce qui ne convient peut-être pas toujours. Mais dans l'obscurité, on ne voit pas de cible, on ne voit pas ce qui vient vers nous, et cela semble assez menaçant et effrayant.

La lumière vive vous montre le but et le chemin.

Dans l'hémisphère nord, Noël tombe pendant la saison sombre et on voit toujours beaucoup d'illuminations de Noël partout. De temps en temps, je me dis que l'électricité n'est pas encore assez chère, mais je comprends que beaucoup de gens souffrent de l'obscurité et que les illuminations de Noël y contribuent. Et avec les LED, ce n'est plus si cher, alors je repousse cette mauvaise pensée.

Jésus-Christ est notre espoir, notre lumière. Si l'on peut emporter à nouveau cette phrase déjà entendue probablement mille fois, alors cette année est déjà un Noël précieux.

Joie

Le deuxième verset est un peu plus concret :

2 Tu multiplies le peuple et tu lui donnes une grande joie. Il se réjouit en toi comme un peuple au temps de la moisson, comme des hommes en liesse qui se partagent un butin.

"multiplie le peuple" : on n'appartient plus seulement à quelques-uns, on n'est plus seul. Dans l'obscurité, on se sent souvent seul parce qu'on ne voit pas les autres. La lumière nous montre aussi notre prochain, notre confrère, notre consœur.

"La joie en Dieu comme..." : Comme au temps de la moisson, comme des gens qui se partagent un butin.

Le mot "butin" me fait tiquer un instant, car il a une connotation criminelle, comme la piraterie ou le vol, mais il s'agit ici d'un sentiment. Imaginez que vous trouviez un trésor avec d'autres personnes et que vous puissiez le garder. Vous pouvez maintenant payer vos dettes, vous pouvez faire quelque chose de bien pour votre famille, vous pouvez peut-être enfin vous offrir quelque chose, comme des vacances par exemple. Et vous partagez cette joie avec les autres qui ont trouvé le trésor avec vous, et il y en a assez pour tout le monde.

Il n'y a pas de jalousie et tout le monde se réjouit ensemble.

Libération et paix

Ensuite, l'obscurité est à nouveau abordée :

3 Car, comme au jour de Madian, Dieu brisera le joug qui opprimait son peuple, le bâton sur sa nuque, le fouet de son conducteur. 4 Toutes les bottes qui marchent en grondant et les manteaux trempés de sang seront brûlés et deviendront la proie des flammes.

Tout d'abord, il s'agit ici de libération. Le nord d'Israël, du moins les tribus de Zabulon et de Nephtali mentionnées précédemment, étaient sous la domination assyrienne et la libération annoncée ici a ensuite été mise en œuvre dans Esaïe 37.

Mais personnellement, nous souffrons peut-être aussi d'un joug et sommes sous pression. Dans le cadre d'aujourd'hui, je ne peux pas offrir plus que l'affirmation, peut-être un peu plate, selon laquelle on peut devenir libre grâce à Jésus. Le chemin pour y parvenir est toujours très individuel et personnel. Mais comme je l'ai déjà mentionné, d'autres frères et sœurs sont là, on n'est pas seul sur le chemin.

Ensuite, il est question de paix. Je trouve en quelque sorte effrayant que la première partie du quatrième verset "Toutes les bottes qui marchent en grondant" soit une déclaration que presque tous les gens de toutes les époques comprennent. Il n'y a pas d'explication culturelle à donner ici, cette déclaration est totalement intemporelle.

On ne peut pas passer à côté de la guerre. Il y a certes toujours eu une guerre quelque part dans le monde au cours des dernières décennies, mais cette fois-ci, elle est si proche.

Certains hommes d'Eglise ont fait référence à la soi-disant paix de Noël 1914 lors de la Première Guerre mondiale comme modèle, pour savoir si cela ne serait pas également possible en Ukraine.

J'ai consulté l'article de Wikipedia à ce sujet
(https://de.wikipedia.org/wiki/Weihnachtsfrieden_(Première_Guerre_Mondiale))
très passionnant, que je recommande vivement. Cette paix de Noël s'est principalement déroulée entre soldats allemands et britanniques dans les Flandres belges et dans les régions françaises voisines. À un endroit, les soldats ont même célébré un service commun, où le Psaume 23 a été lu, d'abord en anglais puis en allemand.

C'était déjà formidable, mais on l'enjolive quand même un peu trop aujourd'hui. Les Français et les Belges n'y avaient guère participé, parce que la guerre avait eu lieu sur leurs terres et qu'ils avaient été directement touchés par les destructions de l'occupant allemand. C'était donc plutôt une histoire sans les personnes directement concernées, comme c'est parfois le cas aujourd'hui dans diverses discussions sur la guerre d'Ukraine.

Si l'on considère maintenant les deux versets d'un point de vue politique, on se rend compte que la libération du joug et la destruction des armes vont en quelque sorte de pair. La paix dans l'oppression ne peut donc pas être la solution. La paix et la vie libre doivent aller de pair. Le terme "liberté" a certes souvent été interprété de manière étrange par les politiques, mais vous comprenez ce que je veux dire, je pense.

L'enfant

Venons-en au plus important :

5 Car un enfant nous est né, un fils nous a été donné. Sur ses épaules repose la domination. Il est appelé : Conseiller merveilleux, Dieu fort, Père éternel, Prince de la paix. 6 Son règne est grand et la paix sur le trône de David et dans son royaume sera sans fin. Il l'affermit et le soutient pour toujours par le droit et la justice. C'est pour cela que l'Éternel tout-puissant s'engagera durablement.

C'est vraiment l'esprit de Noël.

Mais personnellement, ça m'énerve quand on parle de l'enfant Jésus qui doit apporter les cadeaux. Le Père Noël est assez clairement situé dans l'univers de la petite souris, mais l'Enfant Jésus, que l'on imagine, selon les cultures, comme un bébé ange aux cheveux blonds bouclés qui apporte les cadeaux, peut vraiment nous faire perdre de vue le vrai Jésus-Christ, qui est venu au monde comme un bébé sans défense et qui est devenu notre merveilleux conseiller, un Dieu fort, un Père éternel et un Prince de la paix.

Examinons ces quatre termes d'un peu plus près.

Et puis, il est encore question de règne sans fin, dans la paix, le droit et la justice.

Il ne s'agit évidemment pas ici d'une théocratie où quelques personnes vêtues de vêtements et de couvre-chefs étranges décident de la marche à suivre.

Le royaume de Dieu ici sur terre commence en nous personnellement. Si nous nous joignons à Jésus-Christ, si nous lui donnons notre vie, alors sa paix peut grandir et se répandre en nous. Sa justice et sa miséricorde en font également partie.

Cette phrase peut sembler un peu trop kitsch à Noël, surtout si l'on pense à ses propres échecs. Ici, j'ai été méchant, là, j'ai blessé quelqu'un par ma manière d'être, ailleurs, je n'ai peut-être pas apaisé une dispute, mais je l'ai plutôt enflammée.

Je pense que chacun d'entre nous en fait parfois l'expérience, mais il n'en reste pas moins vrai que le royaume de paix de Jésus-Christ commence en nous personnellement.

Et dans la dernière phrase de notre texte, le mot "durable" apparaît vraiment, du moins dans la traduction "Nouvelle vie". C'est un mot dont on nous rebat les oreilles à chaque occasion de nos jours, à juste titre d'ailleurs, car nous avons eu tendance à ignorer la durabilité dans de nombreux domaines par le passé.

Je relis le verset :

Son règne est grand et la paix sur le trône de David et dans son royaume sera sans fin. Il l'affermira et le soutiendra pour toujours par le droit et la justice. L'Éternel tout-puissant s'y emploiera durablement.

C'est bien sûr un regard sur l'éternité, mais, comme je l'ai dit, cela commence aussi ici, chez nous, personnellement.

Et je crois que Dieu a un intérêt durable pour toi personnellement et qu'il s'engage durablement pour toi et pour que tu puisses vivre sa paix.

Résumé

J'en viens à la conclusion et énumère brièvement les différents points :