Malheur, malheur : comportement toxique

Quel est le point commun entre toi et moi et les pharisiens ? Doit-il en être ainsi ?

Service divin ,, , Evangelisch-freikirchliche Gemeinde Leichlingen

, traduit automatiquement

Introduction

Le temps de Noël, l'Avent, commence maintenant et le thème qui m'a tellement sauté aux yeux la semaine dernière en lisant la Bible n'est peut-être pas vraiment adapté à cette période.

Ou alors si.

Pendant la période de Noël, on rencontre de plus en plus de membres de la famille et parfois, cela ne se passe pas sans tensions. Et peut-être qu'une réflexion sur le texte biblique d'aujourd'hui permettra d'apaiser les tensions dans certaines situations. Peut-être que chez vous, il n'y a pas de problèmes à cet égard.

Le texte biblique est Matthieu 23, où Jésus critique massivement les pharisiens, ce qu'il appelle les cris de détresse. En fait, le texte parle d'un comportement toxique et c'est sur ce point que j'aimerais réfléchir avec vous.

Au début, je voulais lire une définition du comportement toxique, mais il n'y a pas d'article Wikipedia à ce sujet.

Le mot "toxique", vous le connaissez, je pense. Cela signifie "toxique" ou "nocif" et cela vient probablement du grec ancien. "tò tóxon" signifie quelque chose comme "l'arc" que les combattants grecs utilisaient comme arme. "Toxikòn phármakon" était alors le poison dans lequel les guerriers trempaient la pointe de leurs flèches.

Et cela peut être une image très marquante, car un comportement toxique peut vous atteindre comme une flèche empoisonnée.

Mais le problème principal du comportement toxique, c'est qu'on le voit généralement chez l'autre. J'aimerais aujourd'hui passer en revue avec vous ces cris de détresse en détail, car c'est là que Jésus aborde en détail ce comportement toxique des pharisiens.

Le terme "comportement" doit être compris dans un sens plus large ; on pourrait utiliser ici le mot allemand "Mindset", c'est-à-dire la manière fondamentale de penser et d'agir dans la vie. Le terme de "mentalité" pourrait également convenir.

Ce qu'il faut faire

Je commence par Matthieu 23, 1-4 ; NL

1 Alors Jésus dit à la foule et à ses disciples : 2 "Les scribes et les pharisiens sont assis sur le siège de Moïse en tant qu'interprètes des Écritures. 3 Observez donc ce qu'ils vous disent, mais ne suivez pas leur exemple. Car ils n'agissent pas selon ce qu'ils vous enseignent. 4 Ils vous bâillonnent avec des exigences religieuses irréalisables et ne font pas la moindre chose pour alléger votre fardeau.

Je trouve que c'est une déclaration assez crue : "Suivez ce qu'ils disent, mais ne suivez pas leur exemple".

Peut-être que le proverbe "prêcher l'eau et boire le vin" vous vient à l'esprit.

Il n'est pas rare que nous jugions les autres plus durement que notre propre comportement. Nous trouvons une déclaration similaire en Matthieu 7, 3 ; NL

Pourquoi t'énerves-tu pour une paille dans l'œil de ton prochain alors que tu as toi-même une poutre dans l'œil ?

Le problème, c'est qu'on pense généralement qu'on n'a pas de poutre dans l'œil parce qu'on ne la voit pas.

Ce qui aide à changer ce comportement toxique, c'est de prendre conscience que l'on ne sait que peu de choses. Dans 1 Corinthiens 13, 9, la traduction de Luther dit si bien : "Le savoir de l'utilisateur est partiel.

Nous ne savons que peu de choses et la poutre dans l'œil symbolise le grand nombre de choses que nous ne savons pas.

Or, nous trouvons ici un comportement encore plus toxique : "ne font rien pour alléger vos fardeaux". Il me semble que c'est une traduction très interprétative, car dans d'autres traductions, il est dit qu'ils ne pensent pas à toucher ces fardeaux, ne serait-ce que du doigt.

Le comportement toxique est cependant clair. L'autre a besoin de pression, absolument !

Peut-être un exemple de politique à ce sujet : Je ne sais pas si vous avez suivi la discussion sur le revenu de citoyenneté. La CDU a beaucoup insisté sur le fait qu'il y ait des possibilités de sanctions dès le début. Le gouvernement voulait une période de confiance de six mois, elle vient d'être supprimée. Je ne peux pas juger la décision en elle-même, mais je trouve remarquable que certains députés se méfient fondamentalement des bénéficiaires de l'aide sociale, mais qu'ils bénéficient pour eux-mêmes de très beaux forfaits de dépenses, en plus de leur salaire, pour lesquels il n'est parfois pas nécessaire de fournir de justificatifs. Il y a un forfait unique de 12.000 euros pour l'aménagement du bureau et il y a aussi un forfait mensuel de quatre mille cinq cents euros que le député peut dépenser sans aucun justificatif. Il existe d'autres indemnités, pour lesquelles il faut parfois fournir des justificatifs, mais je trouve ces sommes assez énormes et je demande ensuite des sanctions, une surveillance et des pressions.

Je conseille donc une grande prudence lorsque des personnes demandent à faire pression pour d'autres.

J'ai remarqué un autre comportement toxique dans ce passage. Jésus dit : "Tenez-vous en à ce qu'ils disent".

Nous avons souvent tendance à ne pas écouter les gens qui se comportent comme des cons, alors qu'ils disent peut-être ce qu'il faut sur certains points.

Je pense qu'il faut aussi aborder les déclarations de telles personnes avec l'attitude suivante : "Examinez tout et retenez ce qui est bon".

C'est bien sûr très difficile, on n'a évidemment pas envie de le faire, mais c'est déjà un signe de pensée adulte que d'évaluer les déclarations de manière rationnelle.

Une question de statut

Passons au paragraphe suivant (v.5-12) :

5 Tout ce qu'ils font, ils ne le font que vers l'extérieur. Ils portent au bras des lanières de prière particulièrement grandes, et ils ont des franges extra-longues sur leurs vêtements. 6 Et comme ils aiment s'asseoir à la place d'honneur au bout de la table lors des banquets et aux meilleures places à la synagogue ! 7 Ils apprécient l'attention qu'on leur porte dans la rue. Ils aiment particulièrement qu'on les appelle 'Rabbi'. 8 Ne vous faites jamais appeler 'Rabbi'. Vous n'avez qu'un seul maître, et vous êtes tous égaux, comme des frères et des sœurs. 9 Et n'appelez personne ici sur terre 'père', car seul Dieu dans le ciel est votre père spirituel. 10 Ne vous faites pas non plus appeler 'enseignants', car il n'y a qu'un seul enseignant, et c'est le Christ. 11 Le plus grand parmi vous doit être au service des autres. 12 Mais ceux qui se placent au-dessus des autres seront humiliés, et ceux qui sont humbles seront élevés.

Les applaudissements et la reconnaissance comme moteur de tout comportement sont certainement toxiques.

Recevoir une reconnaissance et des applaudissements de temps en temps, c'est bien, mais si c'est le motif central de l'action, ça devient grave. On fait alors passer des choses plus importantes avant. On peut se mettre à parler dans le dos des gens pour continuer à se faire applaudir, à intriguer pour rester au premier plan.

Je pense que, rationnellement, tout le monde comprend qu'un tel comportement est malsain.

Mais pensons un peu plus largement. Cela commence par

"Tout ce qu'ils font, ils ne le font qu'en apparence".

Je me suis souvenu de la phrase suivante : "Que doivent penser les gens ? Cela va au-delà des applaudissements et de la reconnaissance.

Quelle place donne-t-on dans sa vie à cette phrase : "Mais qu'est-ce que les gens doivent penser ! A partir de quand cela devient-il toxique ?

Ce que j'ai souvent entendu, c'est que les membres des églises libres ont peur d'être pris pour une secte. C'est pourquoi il est très important de participer à toutes les activités œcuméniques. "Qu'est-ce que les gens vont penser !"

Alors, bien sûr, on peut participer à des activités œcuméniques si on les juge utiles.

Qu'en est-il, par exemple, de la prise de position sur certains sujets de société ? Par exemple sur l'avortement ? Bien sûr, il est important qu'il y ait des offres d'aide, il y a des cas particuliers, lorsque la vie de la mère est en danger, etc. mais l'être humain dès le départ. L'avortement, c'est mal. "Mais qu'est-ce que les gens vont penser" !

Bien sûr, il ne s'agit pas de froisser les gens, c'est le ton qui fait la musique, amical dans le langage, engageant sur le fond, mais la question demeure : "Que vont penser les gens ?" Quand cela devient-il toxique ?


Revenons-en à la reconnaissance. N'appelez personne votre maître, votre père, votre professeur. C'est bien sûr un texte qui semble un peu étrange. Bien sûr, si j'étais apprenti, j'appellerais mon maître maître, j'appelle aussi mon père père et j'ai aussi eu affaire à des personnes que j'appellerais encore aujourd'hui des professeurs pendant ma scolarité.

Je ne sais pas qui applique ce texte à la lettre jusqu'au bout. J'ai connu un Témoin de Jéhovah qui était appelé par son petit garçon par son prénom. Je ne lui ai cependant jamais demandé si cela avait un rapport avec ce passage biblique, je l'ai seulement supposé.

Mes enfants m'appellent aussi papa, ce qui ne me dérange pas pour l'instant.

Je pense qu'il s'agit de l'utilisation de ces termes dans le contexte de la domination et de la suprématie, telle que les pharisiens l'ont comprise et vécue. Au v.11, il est en effet écrit que le plus grand d'entre eux doit servir les autres.

Jésus introduit ici le point de vue : Qu'est-ce qui est utile à l'autre ? En fin de compte, servir signifie faire ce qui est utile à l'autre.

Et sans ce point de vue sur ce qui est utile à l'autre, la domination et la suprématie deviennent toxiques. Dans certains cas, il est difficile de se mettre d'accord sur ce qui est utile à l'autre, et cela rend évidemment les choses difficiles.

L'autre opinion

Passons aux versets suivants (v. 13-15) :

13-14 Vous, les scribes et les pharisiens, vous aurez un mauvais sort. Hypocrites ! Car si vous ne laissez pas entrer les autres dans le royaume des cieux, vous n'y serez pas admis non plus. 15 Oui, vous, les scribes et les pharisiens, vous aurez un mauvais sort. Vous voyagez par terre et par mer pour convertir un homme, et puis vous en faites un fils de l'enfer, deux fois pire que vous.

Comme on le voit clairement ici, Jésus-Christ pouvait aussi être en colère. Il était en face des gens et a vu en direct ce que leur comportement avait provoqué.

J'aimerais le regarder avec un peu moins d'émotions, car je n'ai personne en face de moi en ce moment.

Dès le début, l'Évangile a été une source d'irritation. On n'est pas obligé de tout faire correctement, on peut présenter ses fautes à Dieu et accepter devant soi qu'on est coupable et devenir libre grâce à Jésus-Christ.

C'est évidemment une source d'irritation pour les personnes qui veulent déterminer avec précision tout ce qu'il faut faire et ne pas faire.

Cela s'applique également de manière plus générale : lorsque les personnes qui respectent de nombreuses règles s'énervent contre celles qui vivent plus librement avec peu de règles, il s'agit alors d'un comportement toxique.

Ne vous méprenez pas, je pense que les règles sont fondamentalement bonnes. Mais il faut s'en tenir aux règles que l'on trouve soi-même judicieuses et utiles.

Si l'on ne s'y conforme que parce que d'autres s'y conforment, on en vient très vite à se dire : si je m'y conforme, l'autre doit s'y conformer aussi ! Il en résulte une certaine envie de respecter les règles, ce qui est définitivement toxique.

De plus, il est question dans ce texte de savoir qui détermine ce qu'est la vérité. Et il s'agit aussi de l'acceptation inconditionnelle de cette vérité par les autres.

En tant que chrétiens, j'en suis convaincu, nous avons une vérité, l'Évangile, qui est assez bien résumée dans la confession de foi apostolique. Personnellement, il me manque encore la vérité de la Bible, mais pour le reste, je pense que c'est la vérité sur laquelle tous les chrétiens peuvent et devraient s'accorder.

Tout ce qui va au-delà : comment l'appliquons-nous, quelles règles trouvons-nous bonnes pour notre vie quotidienne, comment vivons-nous notre foi de manière très pratique ? Nous devons lutter pour cela, avec notre connaissance et notre savoir limités. Nous sommes en route avec nos imperfections, nous nous trompons souvent, il nous arrive de mal comprendre la Bible, mais nous faisons confiance à Jésus-Christ.

Si nous devenons orgueilleux et pensons toujours savoir exactement ce qu'il en est dans toutes sortes de domaines, cela devient également toxique.

Une mauvaise attitude conduit à un mauvais enseignement

Passons au paragraphe suivant (v.16-22) :

16 Chefs aveugles ! Vous aurez un mauvais sort ! Vous prétendez qu'il n'est pas important de jurer 'par le temple de Dieu' - un tel serment peut être rompu sans problème. Et dans le même souffle, vous prétendez que si l'on jure 'par l'or du temple', on doit s'y tenir. 17 Imbéciles obstinés ! Qu'est-ce qui est le plus important, l'or ou le temple, par lequel l'or devient sacré ? 18 Vous dites qu'un serment 'par l'autel' peut être rompu sans problème, mais qu'un serment 'par les offrandes sur l'autel' est contraignant ! 19 Vous êtes aveugles ! Qu'est-ce qui est le plus important, l'offrande sur l'autel ou l'autel, par lequel l'offrande devient sacrée ? 20 Si vous jurez 'par l'autel', vous jurez par l'autel et par tout ce qui s'y trouve. 21 Et si vous jurez 'par le temple', vous jurez par le temple et par Dieu qui habite dans le temple. 22 Et si vous jurez 'par le ciel', vous jurez par le trône de Dieu et par Dieu lui-même qui siège sur ce trône.

Nous n'entrerons pas ici dans les détails, mais une règle de base apparaît clairement :

Si vous pensez détenir la vérité, vous finirez par dire des bêtises.

Cela devrait suffire pour cette section.

Qu'est-ce qui est essentiel ?

V. 23.24

23 Vous, les scribes et les pharisiens, vous aurez un mauvais sort. Hypocrites ! Vous veillez soigneusement à donner la dîme de la plus petite partie de vos revenus, mais vous ne vous occupez pas des choses vraiment importantes de la loi, comme la justice, la miséricorde et la foi. Vous devez donner la dîme, certes, mais vous ne devez pas négliger les choses beaucoup plus importantes par-dessus. 24 Vous, les chefs aveugles ! Vous filtrez votre eau pour ne pas avaler un moustique par erreur, puis vous avalez un chameau !

C'est une question passionnante : qu'est-ce qui est essentiel et qu'est-ce qui ne l'est pas ?

Les pharisiens, par exemple, lorsqu'ils se procuraient une épice comme le persil pour le repas, en apportaient la dixième partie au temple. Cela représentait un travail énorme et à qui cela profitait-il d'apporter quelques miettes de persil dans le temple ?

La justice, la miséricorde et la foi, voilà ce qui compte. Si l'on omet cela, tout comportement devient toxique. Donner sa dîme, c'est bien sûr très bien, mais cette attitude mesquine sans la bonne attitude, c'est toxique dans tous les cas.

Intérieur et extérieur

V. 25-28

25 Vous, les scribes et les pharisiens, vous aurez un mauvais sort. Hypocrites ! Vous veillez soigneusement à ce que vos tasses et vos assiettes soient propres à l'extérieur, mais à l'intérieur vous êtes complètement corrompus - pleins de ressentiment et d'intempérance ! 26 Pharisiens aveugles ! Lavez d'abord l'intérieur de la tasse ; l'extérieur deviendra propre de lui-même. 27 Vous, les scribes et les pharisiens, vous aurez un mauvais sort. Hypocrites ! Vous êtes comme des tombes blanchies à la chaux - avec un extérieur propre et ordonné, mais à l'intérieur plein d'ossements et de saleté. 28 Vous vous donnez l'apparence de gens justes, mais votre cœur est plein d'hypocrisie et de mépris de la loi.

Ici, le problème est clairement le manque d'introspection. Je suis bon et il n'y a pas de problème, c'est ce qu'ils pensaient d'eux-mêmes. Mais Jésus voit plus loin et révèle la réalité.

Il faut toujours être prêt à réfléchir à sa propre attitude et à son propre comportement, à présenter ses erreurs à Dieu et à être prêt à changer, sinon on a là une autre source de comportement toxique dans sa vie.

Je n'aurais jamais dû...

Venons-en au dernier passage examiné aujourd'hui (v. 29-31) :

29 Vous, les scribes et les pharisiens, vous aurez un mauvais sort. Hypocrites ! Vous construisez des tombeaux pour les prophètes qui ont été assassinés par vos ancêtres, et vous décorez les tombes des hommes pieux et justes qui ont été tués par vos ancêtres. 30 Puis vous affirmez effrontément : 'Nous n'aurions jamais participé au meurtre des prophètes'. 31 Vous confirmez ainsi vous-mêmes que vous êtes les descendants des assassins des prophètes.

"Eh bien, je n'aurais jamais dû...", c'est une pensée toxique. Il en va de même lorsque l'on porte un jugement sévère sur le comportement des personnes sous les dictatures. De loin, tout le monde se considère comme des résistants.

Soyons conscients de notre faiblesse, de notre vulnérabilité et de notre capacité à être séduits. Nous avons besoin de Jésus-Christ avec qui nous pouvons gérer notre quotidien, avec qui nous pouvons surmonter des situations difficiles et à qui nous pouvons toujours nous adresser.

Résumé

J'en viens à la conclusion et énumère brièvement les différents points :