Résultats de la foi

Qu'est-ce qui en ressort ?

Service divin ,, , Evangelisch-freikirchliche Gemeinde Leichlingen

, traduit automatiquement

Introduction

Il y a deux semaines, nous avons célébré notre service divin à la fête de la ville et nous avons reçu un compliment inhabituel.

Une connaissance d'un stand du Brückerfeld a ensuite dit à ma femme que de nombreuses personnes présentes sur les stands n'avaient même pas remarqué qu'il s'agissait d'un service religieux. Sonja a alors demandé : "C'est presque un compliment", ce à quoi la connaissance a répondu : "Oui, on pourrait le voir comme ça".

Ils pensaient probablement qu'il s'agissait d'un concert ou autre chose. C'était divertissant, la musique était entraînante, apparemment pas de la manière dont ils vivent habituellement le culte.

Il semble donc que notre culte ait été bien accueilli et que le nombre de personnes qui l'ont écouté ait dépassé celui des personnes assises sur les chaises devant la scène.

Mais notre culte était-il "bon" et à quoi reconnaît-on qu'il était bon ?

Objectif de toutes les réunions

Je vais lire ce qui est dit dans 1 Corinthiens 14:26 (NGÜ), entre autres choses, sur le culte :

Qu'est-ce qui découle de tout cela pour vos réunions, frères et sœurs ? Chacun est libre d'apporter quelque chose - un chant, un enseignement ou un message que Dieu lui a révélé, une prière dans une langue que Dieu lui a donnée ou sa retranscription en termes compréhensibles. Mais chacun doit avoir à cœur que tous en tirent un bénéfice pour leur foi.

Le texte qui précède ce passage traite plus en détail du discours en langue et de la prophétie et débouche sur ce verset. Et si l'affirmation de ce verset s'applique à toutes les réunions, elle s'applique sans doute tout particulièrement au culte.

"Il s'agit de faire en sorte que tous en retirent un bénéfice pour leur foi".

D'autres traductions écrivent que cela doit servir à "l'édification", mais c'est la même chose en langage démodé.

Les visiteurs de la fête de la ville qui ont assisté au culte ont-ils eu un bénéfice pour leur foi, ou s'ils ne connaissent pas encore la foi : La foi leur a-t-elle été plus proche ?

C'est une question très difficile à laquelle il n'est pas facile de répondre. Mais on aimerait bien le savoir.

Dans les entreprises, on s'occupe beaucoup de mesurer les résultats. Est-ce que ce que nous faisons donne les résultats escomptés ? On veut essayer de le mesurer pour pouvoir travailler plus efficacement. Ce n'est pas une mauvaise chose en soi.

Dans la commune, c'est plutôt difficile. Ici aussi, l'idée d'efficacité n'est pas fondamentalement fausse. On a des dépenses pour ce que l'on fait et cela ne doit pas être une peine perdue. Mais comment mesurer, par exemple après une prédication, le bénéfice pour la foi des visiteurs ?

On pourrait peut-être faire comme dans les magasins de bricolage, où il y a parfois une barre de boutons à la sortie, avec cinq boutons, je crois, du mauvais au bon, représentés par des smileys, du triste au joyeux. Nous pouvons mettre quelque chose comme ça à la sortie, et quand vous sortez, vous appuyez une fois sur un bouton. Et le prédicateur, aujourd'hui ce serait moi, recevrait alors le résultat lorsque tout le monde aurait appuyé. Ce serait certainement passionnant.

Pour rire, j'ai cherché une fois sur Internet une telle barre de boutons, mais je n'ai rien trouvé. La désignation "barre de boutons" n'est probablement pas correcte.

De telles barres d'évaluation sont bien sûr à double tranchant. D'une part, on ne réfléchit souvent pas beaucoup, mais on tape dessus d'une manière ou d'une autre, comme un sentiment spontané. Les résultats ne peuvent être significatifs que pour un très grand nombre de personnes.

D'autre part, on ne reçoit pas de feedback précis sur les raisons pour lesquelles le gain pour la foi n'était pas si élevé aujourd'hui ? On veut aussi s'améliorer, on veut apprendre. Et pour cela, il faut parfois reconnaître que les idées géniales que l'on a eues pendant la préparation ne sont parfois pas très utiles pour les autres.

Je pense que personne ne veut d'une telle grille d'évaluation ici. C'est trop impersonnel et, d'une certaine manière, trop impitoyable.

Et nous ne devons pas non plus oublier, malgré toutes les réflexions judicieuses sur l'efficacité, que Dieu agit aussi individuellement. Si une prédication ne touche pas la quasi-totalité des participants au culte, mais qu'elle aide un individu à changer sa vie, alors la prédication avait sans doute son utilité.

Bien sûr, on peut aussi tomber de cheval de l'autre côté et, si l'on remarque en tant que prédicateur que l'on ne fait que fixer des visages haha, se dire que cela va déjà beaucoup nous aider.

Dans cette prédication, je voudrais m'en tenir à la vision du résultat de ce que nous faisons, mais je voudrais souligner une chose en passant.

C'est écrit de manière très marquante dans le Psaume 127, 1 ; NL :

Si l'Éternel ne bâtit la maison, le travail des bâtisseurs est vain. Si l'Éternel ne protège pas la ville, c'est en vain qu'on l'entoure de gardes.

Dans toutes les réflexions judicieuses sur les résultats, l'efficacité, la méthodologie, etc., il faut toujours rester sur ce terrain, à savoir que le Seigneur, Jésus-Christ, doit agir. Sans lui faire confiance et l'écouter, même les meilleures réflexions n'ont pas de sens.

Il ne faut jamais l'oublier.

Église participative

Revenons au verset de tout à l'heure (1 Corinthiens 14, 26 ; NGÜ) :

Qu'est-ce qui découle de tout cela pour vos réunions, frères et sœurs ? Chacun est libre d'apporter quelque chose - un chant ou un enseignement ou un message que Dieu lui a révélé, ou une prière dans une langue inspirée par Dieu ou sa reproduction en termes compréhensibles. Mais chacun doit avoir à cœur que tous en retirent un bénéfice pour leur foi.
Chacun est libre d'apporter sa contribution. Dans d'autres traductions, cela est encore plus contraignant :

"Quand vous vous réunissez, chacun a quelque chose à apporter".

Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas passer dans les rangs avec le micro de la radio.

Le texte a quelque chose de tellement évident que chaque personne qui croit en Jésus a quelque chose à apporter. Tout le monde est important. Tout le monde ne doit pas faire de discours. Certaines personnes n'aiment pas parler devant des groupes, je le comprends aussi. Et certaines choses que l'on a vécues avec Jésus sont très personnelles, et on ne veut alors les partager que dans un cadre protégé. C'est aussi clair.

Mais les exemples énumérés ici montrent une certaine diversité : un chant, un enseignement, un message prophétique, un discours en langue avec traduction, tout cela dans le but que les autres en tirent un bénéfice pour leur foi.

Je ne pense pas que cette énumération soit exhaustive. Il peut aussi s'agir d'un sketch, peut-être d'une danse, d'un poème, d'une image peinte, d'une expérience, d'un simple témoignage, peut-être que d'autres choses nous viennent à l'esprit si nous y réfléchissons. Il se peut aussi que quelqu'un soit ému par un thème et qu'il ait réfléchi à ce sujet et le transmette à l'un des prédicateurs, qui le développera ensuite dans un sermon pour le bénéfice de tous. Tout le monde n'est pas obligé de faire des discours et tout le monde n'est pas non plus obligé de se tenir devant s'il ne le souhaite pas.

Peut-être que quelqu'un s'accroche à un texte biblique qu'il n'arrive pas à comprendre, qu'il trouve peut-être même en contradiction avec d'autres textes ou en contradiction avec ce qu'il a reconnu pour sa vie. Et comme nous n'avons pas une compréhension universelle de la Bible, nous trouverons toujours des textes que nous ne pouvons pas classer, car notre connaissance n'est que partielle. Partageons donc cela ensemble. Peut-être trouverons-nous ensemble une explication, peut-être partagerons-nous seulement le conflit avec le texte et nous réjouirons de trouver une réponse à tout cela auprès de Jésus dans l'éternité.

Mais, et c'est particulièrement important : il doit toujours s'agir de faire en sorte que tous en retirent un bénéfice pour leur foi. Tel doit être le motif. Il n'est pas nécessaire que ce soit parfait, mais l'attitude doit être juste. Dans l'idéal, nous nous apprécions et nous aimons la communauté, et nous souhaitons que l'autre en tire un bénéfice pour sa foi.

C'est pourquoi il faut essayer de se mettre à la place de l'auditeur lorsqu'on apporte une contribution, de sorte qu'on ne se contente pas de balancer ses trucs n'importe comment, peu importe ce que les autres en pensent.

Plus loin, après le verset, il y a un court paragraphe sur le discours prophétique qui s'y prête bien (1 Corinthiens 14:30-32 ; NGÜ) :

30 Et si, pendant que quelqu'un proclame un message prophétique, quelque chose est révélé par Dieu à quelqu'un qui est assis et qui écoute, celui qui parle doit terminer son intervention pour laisser la personne concernée s'exprimer. 31 De cette façon, sans que plusieurs parlent en même temps, chacun de vous a la possibilité de transmettre un message prophétique, de sorte que tous apprennent quelque chose et que tous soient encouragés. 32 Après tout, les prophètes ne sont pas obligés de parler lorsqu'ils reçoivent un message prophétique.
Pour moi, cela ressemble un peu à "sois bref". Les discours longs et compliqués sont vécus ici et là comme fatigants. Cela pourrait réduire le bénéfice de la foi. Et on n'est pas obligé de parler, mais comment allons-nous mettre cela en pratique, cette église participative ? Je n'ai pas encore de réponse à cette question, mais il faut que ce soit sans pression, c'est-à-dire pas dans le sens : "Je dois vivre quelque chose maintenant, cette semaine, pour pouvoir contribuer" !

Bougez cela dans la prière et surtout, retenez que chacun de nous a quelque chose à donner par Jésus, qui peut être un atout pour la foi d'un autre. Chacun est important.

Semer et récolter

Nous nous en tenons aux résultats.

Comment arrivons-nous à quelque chose que nous pouvons transmettre ?

Lorsque nous vivons avec Jésus, nous passons naturellement par son école de vie. En priant et en lisant la Bible, nous apprenons de lui et pouvons partager et transmettre nos expériences.

Ou nous travaillons sur quelque chose. Nous apprenons un chant qui nous aide à avancer, nous élaborons des pensées, nous travaillons dans l'église parce que c'est important pour nous. Et il en résulte quelque chose.

C'est un peu comme une semence et une récolte.

En fait, la plante pousse toute seule, mais nous fixons le point de départ en plantant les graines et nous travaillons pour favoriser la croissance, en mettant de l'engrais, en aérant le sol et tout ce qu'il y a encore à faire.

Cependant, notre vie chrétienne ne peut pas être uniquement axée sur les résultats. Nous ne lisons pas seulement la Bible pour apprendre quelque chose ou ne prions pas seulement pour obtenir quelque chose, mais nous voulons être en communion avec Jésus-Christ.

La foi en Jésus n'est pas une religion de résultats, mais une relation personnelle avec Dieu.

Certes, je veux continuer à traiter le thème du résultat dans la prédication, mais cela n'a de sens que si l'on a cette relation avec Jésus, si l'on a reçu de lui le pardon de ses propres péchés et si l'on est ainsi en paix avec Dieu.

Mais là où l'on prie pour les autres, où l'on passe le mot, où l'on transmet quelque chose ou où l'on travaille d'une manière ou d'une autre dans l'église, le principe de la semence et de la récolte semble déjà s'appliquer.

Et à propos des semailles et de la récolte, je pense toujours au Psaume 126, 5.6 ; NL :

5 Ceux qui sèment dans les larmes moissonneront dans les cris de joie. 6 C'est en pleurant qu'ils vont répandre leurs semences, c'est en poussant des cris de joie qu'ils reviendront récolter.

Le fait que ces versets me reviennent toujours à l'esprit n'a pas de sens profond. Il y a plus de 30 ans, j'ai fait partie d'un chœur de projet de Scheideweg, et il y avait une chanson qui mettait exactement ces deux versets en musique, et cela m'a beaucoup plu.

Mais faut-il absolument que les semailles soient liées à la douleur et à la souffrance pour que la récolte soit bonne ? Autrefois, dans nos cercles, on pensait que tout ce qui était amusant était interdit et que seules les activités vraiment désagréables étaient autorisées par le Seigneur, afin que nous soyons polis jusqu'à la pureté.

Le psaume parlait du retour d'Israël après l'expulsion, et je mettrais les larmes en relation avec l'expulsion et les cris de joie avec le retour.

Mais réfléchissons tout de même à cela : À quel point les semailles doivent-elles être douloureuses pour que l'on ait des raisons de se réjouir de la récolte ? Ou bien les semailles peuvent-elles aussi être un plaisir ?

Le plaisir peut être une chose à double tranchant. Si l'on ne fait que ce que l'on a envie de faire, la vie, toute relation et même toute communauté échoueront. On ne fait pas de déclaration d'impôts, on ne nettoie pas la cuisine après avoir cuisiné, on ne discute pas avec les professeurs des enfants, etc. Je pense que vous pouvez penser à suffisamment de choses auxquelles vous ne prenez pas plaisir, mais que vous faites quand même. Une société uniquement basée sur le plaisir est terrible et doit échouer.

Mais je crois qu'il est souvent possible de s'amuser dans les activités pour lesquelles on a les dons et les aptitudes appropriés.

Vous avez peut-être déjà entendu ce dicton :

Trouve un travail qui te plaît et tu n'auras jamais à travailler de ta vie.

C'est bien sûr grossièrement simplifié, mais il y a une vérité là-dedans.

Je pense que si quelqu'un se plaint toujours du poids de son travail, c'est peut-être qu'il n'a pas le bon emploi. Cela vaut bien sûr aussi pour une collaboration dans l'église. Et je pense aussi qu'alors les résultats de l'activité ne sont pas aussi bons.

Comme je l'ai dit, je ne veux pas faire de la culture du plaisir un mot d'ordre. L'existence adulte implique aussi d'assumer ici et là des tâches désagréables lorsque c'est nécessaire. Mais si l'existence quotidienne n'est faite que de choses désagréables, alors il y a quelque chose de louche.

Peut-être devons-nous réactiver les tests de dons dans la paroisse, comme une semence possible, afin que chaque personne puisse trouver une tâche qui lui convienne, à laquelle elle puisse s'identifier, dans laquelle elle ait généralement du plaisir et dont il résulte quelque chose, donc, pour reprendre encore une fois l'image du psaume : une récolte avec joie.

Il existe d'autres proverbes de ce genre, comme celui sur le travail dans lequel on doit prendre du plaisir.

J'ai entendu une fois un proverbe issu du contexte chrétien :

Aime Dieu et ton prochain de tout ton cœur et fais ce que tu veux.

C'est bien sûr un peu simpliste, mais il y a là une vérité plus profonde. Si notre attitude est vraiment marquée par le fait que nous aimons Dieu et notre prochain de tout notre cœur, alors notre volonté voudra également ce qui est juste. Une telle attitude est bien sûr plutôt un cadeau, ou bien on est en train d'évoluer vers elle, plutôt que de se dire consciemment : "A partir de demain, je vais vivre comme ça".

Ici aussi, nous retrouvons la semence et la récolte. La semence est la nouvelle attitude que nous pouvons avoir grâce au commencement ou à une nouvelle rencontre avec Jésus-Christ et la récolte est notre volonté, nos pensées et nos actes.

Résumé

J'en viens à la conclusion :.